A  new day for Heaven , all right reserved
     Dans un monde idyllique empli de bonté et de grâce, où nul ressentiment n’a le droit de citer, vit un jeune garçon de 17 ans, en parfaite équation avec son temps et répondant au prénom enchanteur de Heaven.
Fruit d’une mère protectrice et aimante, en plus d’un père compréhensif qu’il idolâtre pour sa spiritualité et sa culture sans faille qui en font un des hommes les plus riches et les plus remarquables de ce siècle, Heaven conjugue avec aisance une scolarité brillante (où il excelle notamment en sciences physiques, suivant ainsi les traces de son géniteur) et un savant goût pour les arts. Ainsi paré, il avance sûr de lui vers un avenir prometteur.
    Dans cet univers où le temps ne semble pas avoir d’emprise, Heaven a pour lui un visage d’ange et une gentillesse légendaire qui en font la coqueluche du lycée, et le camarade idéal que tous s’arrachent pour se donner de l’importance. Tout semble réussir à ce jeune homme…Aussi bien une amitié sans faille qu’il partage avec Jared, son complice de toujours, et la découverte de l’amour qu’il entrevoit avec Eve, celle là même avec qui il flirte depuis sa naissance – du moins lui semble-t-il, et qui a ses yeux innocents d’adolescent représente l’icône de la femme idéale, tant leurs humeurs s’accordent à merveille et leurs fous rires sont nombreux.
L’existence ne saurait être plus parfaite et pourtant….
    Des images floues, à peine perceptibles viennent tout doucement troubler le sommeil de Heaven….comme des flashs désagréables issus des zones d’ombres de la mémoire. Une petite voix diaboliquement malicieuse tend à s’immiscer petit à petit dans son esprit, et  malgré ses efforts pour chasser ces visions et ces paroles maudites, Heaven voit sa vie parfaite partir en lambeaux. Peut-être n’est-il tout simplement pas le jeune homme qu’il pense être, et d’ailleurs les flashs qui affluent dans sa tête à un rythme insoutenable, tendent à lui révéler de façon latente sa vraie nature…La dorure du tableau noircit, et la vision onirique du départ n’est bientôt plus qu’une croûte abjecte.
     Ainsi la réalité vole en éclats…le rêve s’effrite……
Heaven troque son visage d’angelot pour le masque honteux du scélérat. Sa soif de réussite, son nombrilisme éhonté le poussent à commettre les plus vils péchés au détriment des autres. Devenu compétiteur jusqu’à en mourir, il n’hésite pas à tricher, mentir pour parvenir jusqu’à ce piédestal qui lui est destiné. …Et les images affluent encore…toujours….toujours trop.
     Il se voit via les flashs écoeurants en son esprit, repousser avec véhémence les conseils de Jared, reniant celui-ci et leur amitié par la même occasion. En proie à une sombre paranoïa, il suppose que cet ami sincère peut se révéler un sérieux rival. Aussi le renie-t-il en qualité de traître pour mieux s’enfoncer vers une solitude implacable, où l’attendent la puissance et la gloire….un chemin que son père avant lui, a également traversé pour bâtir l’empire digne de sa réussite sociale. Tout s’effondre peu à peu, l’univers idyllique s’écorne à tel point que Heaven vit désormais dans un monde glauque qui lui jette à la face toutes ses vicissitudes passées.
Alors la petite amie n’apparaît plus aussi aimante qu’auparavant, et son refus de se livrer à lui renforce encore ses envies de l’étrangler. Comment se permet-elle de lui résister ?
L’univers tout entier semble avoir basculé, et Heaven avance le regard torve vers son destin…
Plein d’un cynisme impitoyable, d’un sens aigu de la manipulation, d’une fureur non contenue  et d’un besoin permanent de tout posséder, il abuse d’Eve qui souhaitait se détacher de lui, et étouffe les cris ultimes de la jeune fille jusqu’à la laisser sans vie dans un ravin. Dès lors, avec détachement et sans le moindre scrupule, il fait accuser Jared du meurtre.
     La voie est tout ouverte jusqu’aux cieux dont il entend bien bafouer les règles aux fins de s’y installer en roi…L’égoïsme, l’hypocrisie, l’arrivisme primaire sont autant de traits de caractère qui le pousseront au sommet, du moins s’en persuade-t-il du haut de ses 17 ans…
Il peut d’ailleurs se réfugier dans les bras autoritaires de ce père qu’il admire tant, et qui lui seul comprend le moindre de ses tourments….ce père qui arrange le moindre de ses soucis, ce père protecteur et attentif qui ne le juge pas mais lui démontre comment le monde a nécessairement besoin d’âmes fortes, capables de décider pour les autres.
    Mais soudain les images cessent de virevolter devant ses yeux, la voix malicieuse résonne alors comme un écho lointain…très lointain. Heaven ouvre les paupières et sort d’un sommeil agité.
Il arrache un à un les capteurs et émetteurs sensoriels rivés à son crâne. Autour de lui, les instruments du laboratoire vrombissent comme un cœur qui palpite, l’odeur aseptisée de l’éther est omniprésente…Heaven regarde avec circonspection l’écran de contrôle de l’ordinateur principal et les données qui y sont affichées…Il est seul. Il comprend qu’il ne pourra jamais oublier ce qu’il est, et ce qu’il a fait.
 
    Des rêves reconstituées ont été injectées dans son esprit mais hélas n’ont pu totalement effacer les cauchemars originels et laver d’un coup ses problèmes de conscience…La vie idyllique lui paraît alors un songe que la réalité cauchemardesque est venue déchirer. Ainsi donc, la vie est bel et bien ici et maintenant et il lui faut s’y résoudre inéluctablement. Alors empli d’amères désillusions, il lève les mains au ciel pour conjurer le sort, et se laisse tomber au sol sans espoir aucun d’obtenir une quelconque rédemption…
Sur le mur, au-dessus du bureau repose fièrement le portrait d’un homme d’une quarantaine d’années au regard sombre et tourmenté…C’est ce même personnage qui lentement avec sur le visage un rictus machiavélique,  s’extirpe de la pénombre dans laquelle il attendait patiemment. La ressemblance avec Heaven est stupéfiante, si ce n’est une pureté dans le regard du jeune homme en plus de l’age qui permettent de faire la distinction. Ce dernier à la simple vue de son savant de père comprend dès lors qu’il n’a été que l’objet d’une nouvelle expérience…soudain la raison semble lui revenir d’un bloc….il se rémémore sa jeunesse heureuse, ses amis, la tendresse de sa mère, et surtout il revoit les images fades de ce père qu’il a toujours craint, ce père qui l’a toujours orienté vers des chemins tortueux qu’il ne voulait pas emprunter de peur d’y perdre son innocence. Aussi tout lui paraît clair désormais : Les flashs n’étaient que des cauchemars introduits dans son esprit, mais pourquoi ?
Constatant que Heaven recouvre la raison, le père se confond en mensonges…invoquant une affection démesurée envers ce fils qui n’existe que pour lui succéder et adopter son profil aux fins de poursuivre la lignée. Mais Heaven n’y entend mot, il lit dans les paroles de son géniteur tout les méfaits que celui-ci a commis, et pire il comprend que les cauchemars endurés ne sont que les crimes perpétrés par ce père possessif pour écarter toute autre personne influente. En injectant ses flashs atroces à Heaven, le père souhaitait lui en faire endosser la responsabilité et ainsi forger son caractère afin de le façonner à son image….et poursuivre tous les deux face au monde leur ascension vers la gloire.
    Mais le jeune garçon ne peut en supporter davantage…son caractère est autre, il ne peut se résoudre à renier son destin pour un père qui lui a oté son meilleur ami, a effacé Eve de son existence, en plus d’avoir également fait interner sa mère…L’affrontement est dès lors inévitable et Heaven face à ce père autoritaire et cruel, décide alors de recouvrer sa liberté.
     Pour la première fois de son existence, c’est le visage déformé par la colère et la désillusion, que Heaven signifie à son géniteur que le mépris seul scellera désormais leur relation, et qu’il entend que justice soit rendue pour les victimes innocentes de cet insidieux stratagème. Père et fils s’empoignent alors violemment. Le rêve de l’un  est bel et bien brisé….Pour l’autre, il s’agit d’un univers qu’il va falloir reconstruire au gré d’une rancune tenace….La porte du laboratoire se referme lentement sur les antagonistes, et l’on entend bientôt  plus que leurs cris et leurs déchirements. Ainsi donc le Diable peut enfanter des anges !
Soudain, une terrible détonation retentit…un corps chute au sol inévitablement. Des bruits d’un même  pas se dirigeant vers l’entrée du labo laissent augurer d’une issue fatale. La voix qui s’élève finalement tel un murmure  laisse néanmoins planer le doute quant à l’identité du survivant. Dès lors, les cieux s’éloignent peu à peu laissant telle une traînée poussiéreuse…une existence sordide.
SITE OFFICIEL
A NEW DAY FOR HEAVEN , All right reserved